L’économie collaborative et l’image de l’automobile

Pour beaucoup, le covoiturage incarne l’économie collaborative notamment avec l’explosion de BlaBlaCar. Ce mode de transport, peu connu et peu pratiqué il y a encore 5 ans est devenu aujourd’hui une vraie alternative aux moyens plus traditionnels que sont les voyages classiques en train ou en avion. Rentrer chez sa famille, aller en vacances ou bien pour les trajets quotidiens afin d’aller au travail, le covoiturage séduit de plus en plus de personnes pour des trajets de plus en plus diversifiés.

Dans l’histoire, l’automobile tient une petite revanche. En effet, l’époque veut que les voitures soient détestées et chassées des villes à cause de leur impact sur l’environnement. Jugés plus écologiques, les trains, tramways, bus ou métros ont donc gagné en popularité, bien incités à coups de malus et campagnes anti-automobiles.

Mais comment l’image du véhicule personnel à traversé les âges pour en arriver à l’heure du covoiturage ? Un petit voyage dans le temps s’impose

 

Phase 1 – La voiture réservée à l’élite

Durant la première moitié du 20e siècle, l’automobile est réservée à une certaine élite. Les voies de communication se développent mais sont encore rares.

 

Phase 2 – La voiture individuelle

Après la guerre, l’automobile devient reine et jouit d’une image de poids au sein des foyers. C’est l’achat incontournable synonyme de liberté et d’indépendance. C’est pourquoi beaucoup de personnes aspiraient à cette époque d’avoir leur propre véhicule plus que tout autre bien matériel. La voiture se veut personnelle. On ne veut pas entendre parler de partage et il n’est plus rare de voir plusieurs véhicules par famille. Pour autant, les automobiles sont rarement utilisées pour transporter plusieurs personnes. Chacun à sa voiture et chacun est libre d’aller ou bon lui semble.

 

Phase 3 – La voiture polluante

Mais voilà, qui dit multiplication des véhicules dit augmentation de la pollution. Les enjeux écologiques et l’influence de deux chocs pétroliers prennent donc le dessus et les populations se ruent sur les transports plus propres. En ville, c’est la rupture, on ressort les tramways de terre et prohibe les automobiles des centres-villes. Le train et l’avion se taillent aussi une part du gâteau en ce qui concerne les longs trajets même si l’impact est ici moindre.

 

Phase 4 – La voiture partagée

Aujourd’hui, l’automobile a redoré son blason notamment grâce aux possibilités qu’offre l’économie collaborative. Dans un premier temps, le covoiturage a permis d’en finir avec les voitures vides avec seulement une personne à bord. Parce qu’au fond, voyager en covoiturage, c’est combler l’espace vide d’un véhicule allant dans la destination que l’on souhaite, le tout en rémunérant le conducteur. Tout le monde y est gagnant. Dans le cas du covoiturage, nous avons une image moins individualiste de la voiture. Pour les passagers aussi l’image de l’automobile change : il s’agit d’un moyen de transport économique et convivial en plus d’être écologique.

L’automobile en tant que « propriété » véhiculée par l’apparition de la société de consommation après la guerre n’est plus la même aujourd’hui. Grâce aux plateformes de locations de voitures entre particuliers, le sentiment de propriété de la voiture tend à disparaître. Pour le locataire, on n’achète plus une voiture pour jouir d’un droit de propriété unique. Pour le locataire, qu’il possède un véhicule ou non, il ne voit pas comme un avantage de posséder matériellement un véhicule alors qu’il peut très bien louer celle d’un autre. En fait, c’est l’attachement à la propriété du véhicule qui a changé et cela grâce à l’économie collaborative.

 

Ce qui s’applique aujourd’hui est applicable à tout objet matériel. En effet avec le développement des plateformes de reventes ou de location entre particuliers, c’est l’attachement au principe de la propriété qui disparaît. On ne prend plus plaisir à posséder des objets. Au lieu de cela, nous accordons plus d’importance à l’utilité et le lien social.

Alors oui, la consommation collaborative est certainement un des facteurs de changement de notre société.

Partagez cet article surShare on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Share on LinkedIn1Email this to someone

Auteur: Marc-Henri

Spécialiste du zonage sur le web. Dénicheur de curiosités.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Lire les articles précédents :
Le voyage collaboratif par Simpky - Consopartage.fr
Simpki, le voyage collaboratif sur mesure.

Combien de fois vous ou vos proches...

Fermer